Bonheur! Toutes ces petites choses qui me rendent heureuse.

Depuis quelques jours, je réfléchit à tout ce qui amène du bonheur dans ma vie. Ce que je privilégie pour être heureuse, et au contraire ce que j’ai choisi d’éliminer pour me concentrer sur le positif. En dehors des pâtisseries et des bronzettes dans les parcs, on trouve quelques fondamentaux plutôt universels.

J’ai décidé (évidemment) d’en faire une liste, parce que j’aime beaucoup les listes, et d’y ajouter des GIF, parce que tout le monde aime les GIF.

.

 

 

Voyager

anigif_enhanced-buzz-11537-1426017542-17

Voyager loin, en Europe, ou autour de chez soi l’essentiel est d’aller explorer un nouveau terrain de jeu. J’aime garder une journée dans la semaine pour découvrir un quartier de Londres.

L’idée est de se laisser porter, se promener, profiter du printemps, prendre un goûter, ou prendre des photos. On retient toujours quelque chose d’une journée à barouder: le nom d’un écrivain, un coucher de soleil, une pâtisserie. Et plus important: on se crée des souvenirs. 

Et même les plus chaotiques deviennent drôle avec le temps, comme l’été où j’ai mangé de la salade de pâtes pendant 3 semaines en Grèce pour cause de monos de colonies véreux. Mais c’est bon les pâtes, et c’est joli les îles Grecques.

Prochaines étapes? Paris, Berlin et l’île de Lanzarote.

 

 

 

Lire

anigif_enhanced-buzz-30395-1403548376-25

En déménageant aux Etats-Unis, puis à Londres, j’ai considérablement réduit le nombre d’affaires que je trainais depuis des années. Tout ou presque tient désormais dans quelques valises.

Bye, bye bibliothèque et centaines de CD. J’ai maintenant un Kindle qui me suit partout dans mes aventures. J’ai réappris à bouquiner, et à transformer mes trajets en métro en moment à moi: voyager avec Wild de Cheryl Strayed, rire et pleurer avec Amy Poehler, retrouver mon Paris underground avec Ann Scott et dévorer tous les romans de Titiou Lecoq.

Lire c’est voyager, apprendre, mais aussi une pancarte géante « Je suis dans ma bulle, file ». Et c’est plutôt efficace.

 

 

 

Ecrire

burnbook

Lire, écrire. Depuis que je tiens ce blog (2 ans), je me surprend à avoir envie d’écrire un roman. Ecrire un blog m’a libéré de la peur de montrer quelque chose de moi.

Avant j’étais terrorisé par l’idée de montrer mes dessins (en cours d’arts appliqués, pratique), ou chantonner en public (pendant une colo de musique).

Je note soigneusement des idées depuis plusieurs semaines, observe les gens, bouquine beaucoup. Ma prochaine étape est de profiter d’un long break en juillet pour commencer mon bouquin. J’y passerais 6 mois ou 6 ans mais je finirais ce satané bouquin.

Ah, et au final oui j’ai chanté pendant cette cool de musique « Chop Suey » de Système of a Down, donc j’estime que le pire est dernière moi. Pour info:

 

 

 

 

Tenir un blog

tumblr_mjmg8olQqE1qft49to1_500

Je pourrais écrire un article complet sur tout ce que ce blog m’a apporté. J’ai rencontré des gens géniaux, certains sont même devenus des ami(e)s.

J’ai appris beaucoup sur plein de choses, je me suis engagée dans la cause animale pour de vrai, j’ai osé dire que j’étais féministe, j’ai parlé de mon endométriose et aidé des femmes à se faire diagnostiquer. 

Tenir un blog n’est pas qu’un acte narcissique. C’est aussi et surtout un lieu de partage, une communauté sympathique qui propose toujours un nouveau bon plan, et envoie des encouragements les matins où le moral est tout petit.

Bon, soyons pragmatique, ça me permet de continuer à écrire en français dans mon environnement anglophone où je commence à parler comme Laetitia Halliday. Quoi, challenging ça sonne presque français non?

 

 

 

Faire du sport

rebel3

Je suis d’une nature nerveuse. Pour faire simple, mon cerveau fonctionne jusqu’a ce que je vide complètement mon énergie journalière. Quand j’ai découvert le plaisir de faire du sport, j’ai aussi compris que ça pouvait m’aider à canaliser cette énergie. Depuis je pratique 6/7 jours (avec le yoga), du body combat, du body pump (body-plein de choses), du HIIT.

J’adore transpirer, je rigole quand je n’en peux plus et j’y retourne avec plaisir.

Ma prof de sport du lycée rigolerait vert devant l’adolescente qui clopait au lieu de faire des tours de stade. Mais je m’impressionne de motivation et d’envie de runnings et leggings bien trop colorés.

 

 

 

Pratiquer le yoga et la méditation

YI5hnAs

On parle souvent de yoga ici, parce que le yoga change la vie. Si peu, oui. En pratiquant le yoga (et différentes types de yoga), j’ai appris que tout était une notion d’équilibre, d’efforts, et de détermination.

Le corps fait des merveilles quand on en prend soin. Je me surprend à aller au cours de Kundalini, même si c’est long, parfois très exigeant, et que l’on ressort de là « un peu chose » mais avec les énergies qui circulent de nouveau correctement dans le corps.

Et puis le yoga transforme n’importe qui en gourou new-âge,je vous met au défi.

 

 

Se recentrer sur l’essentiel

Mean_girls_gif

Pendant longtemps je me souciais de beaucoup de gens et de choses inutiles. La vie des autres, comparer ma vie à celles des copines, ne pas oser être naturelle pour plaire. Et puis j’ai grandi, la vie m’a montré un peu durement parfois ce qu’était l’essentiel et que prendre soin de soi et des gens que l’on aime était précieux.

Depuis je porte une grande attention à mes proches. Ils sont peu, mais infiniment importants. Ma famille, mon cercle d’amis, ces personnes toujours bienveillantes et non intéressées.

J’ai appris à ne plus être rancunière, en vouloir aux autres est une perte de temps. Bref, le positif amène le positif, alors j’ai fini par couper court à mes amitiés toxiques.

Pardon si je ne réponds pas depuis 6 mois, tu viens de comprendre que non, bof en fait.

 

 

 

Apprendre à jongler avec les épreuves de la vie

jongler

Etre positif en attendant que la vie vous amène: un job, l’âme soeur et un pactole de billets ne fonctionnera jamais. Je brise un mythe. Mais voir le positif dans chaque épreuve apporte la sagesse (je fais dans l’indian native).

Que l’on le veuille ou non, il nous arrive des choses fabuleuses comme certaines très dures et il faut apprendre à faire avec. Mon père me dit toujours « Tu peux te plaindre pendant des heures mais au final, cela ne changera rien à ton problème et tu n’auras trouvé aucune solution » (oui chez mes parents on positive, on ne pleure/plaint pas, on se remet en question, et on réfléchit toujours au plan B, et C).

Donc j’applique tout ceci à la lettre quand il m’arrive une tuile: chercher des solutions, relever la tête et toujours me demander ce que je suis en train d’apprendre dans cette épreuve. Nous avons tous le pouvoir le pouvoir de transformer les situations, battez vous, osez, et croyez en vos capacités!

Mon niveau de prise de recul actuel est équivalent au volume sonore et longueur de mes pleurs pendant mes 10 ans d’adolescence. Bref, je suis un devenu un master en zen attitude.

 

 

 

Et vous, ces petites choses à rendent heureux(se)? 

J’ai décidé de faire du sport! Par où commencer?

Du sport, mais quel sport?

Le sport, c’est comme la cuisine ou l’amour, il en faut pour tous les goûts! Sport collectif? Solo? En extérieur? Faites une liste de ce que vous aimez (ou n’aimez pas) pour trouver votre activité idéale. Avant de s’engager sur un abonnement annuel, pensez à profiter de toutes les offres d’essai des salles et studios pour trouver l’activité parfaite mais aussi un endroit qui vous donnera envie de venir tous les jours (ou presque).

Attention aux méthodes miracles qui promettent des résultats en 12 semaines: mieux vaut y aller son rythme mais être régulier dans son effort, une activité physique et une bonne alimentation paient toujours!

Chaque sportif a un sport dit « fondation » qui compose la base de son activité sportive. De mon côté, j’ai commencé le sport en salle, musculation, il y a 7 ans, et j’ai ensuite rajouté à ma pratique le pilates puis le yoga qui est devenu une passion. Je partage toujours mon planning entre yoga et musculation pour deux raisons: le renforcement musculaire est indispensable dans toutes les activités physiques, et j’aime toujours autant le défi de pousser de la fonte en solo ou en cours collectifs.

Les salles de sports proposent de nombreux cours pour s’essayer à plein d’activités: pourquoi ne pas prendre un abonnement trimestriel et tenter le yoga, pilates, body pump, HIIT etc. ?

tumblr_myebxteGtN1s2cmkto1_500

 

 

Un planning hebdomadaire pour réussir ses objectifs

Avant de commencer une activité, il faut réfléchir à ses objectifs et poser ses intentions. Renforcement musculaire, perte de poids, lâcher prise, objectif footing d’1h ou marathon 2016? Il faut se fixer un bel objectif à tenir et des étapes pour y arriver.

Ensuite, il est nécessaire d’être tout de suite régulier: venir 2 ou 3 fois par semaine est obligatoire pour amener le sport dans votre quotidien et faire des progrès (sans compter sur la chance du débutant).

Pensez à créer un planning pour organiser vos entrainements: à défaut de jouer au sportif de haut niveau, il vous servira à fixer des objectifs clairs et aidera à gérer une semaine entre sport / travail / vie sociale.

Etape par étape, tout vient avec de la pratique, l’important est d’être régulier.

should-i-work-out-today

 

 

Pensez moins, agir plus

Elvis chantait « a little less conversation a little more action », et cette phrase s’applique parfaitement au sport. Ne pensez pas à mettre vos baskets pour aller courir, mettez les et partez courir. Pareil pour les salles de sport, moins on pense, plus on pratique. Il est évidemment normal d’avoir la flemme d’aller faire des burpees après une grosse journée de travail, « j’irais demain, il faut se reposer un peu, je vais boire un verre ensuite on verra ».

Action! Faites l’expérience de regarder les gens qui sortent d’un club de fitness, ils sont en général fatigués, mais heureux car boostés d’endorphine. Faites vous un peu violence, et foncez sans réfléchir! Ceci s’applique évidemment à un corps qui ne ressent pas de douleurs, on se repose après une blessure, ou la sensation d’avoir fait un mauvais mouvement.

fitness-quote-inspiration

 

 

 

Think global, act local!

Aller dans une salle de sport ou un studio à 1h de chez soi, c’est souvent l’assurance de laisser tomber 1 mois plus tard. Regardez d’abord les clubs dans votre quartier, pour être sur de ne pas rajouter à une motivation parfois incertaine le temps / stress du trajet.

L’astuce peut être d’avoir un club près de votre lieu de travail pour aller faire du sport directement en sortant du boulot (ce qui constitue en plus une excuse louable pour quitter le travail assez tôt), ou dans son quartier pour y aller facilement le matin et le week-end. Le bon plan? Les salles de sports qui proposent de multiples locations, pour faire du sport près du boulot, près de chez soi, et partir à l’aventure de nouvelles salles le week-end.

Mieux vaut un club plus simple et accessible, que très fancy où vous n’irez jamais!

57843176433517050GVS9DU1Nc

 

 

Mieux équipé, plus motivé!

J’ai remarqué que la motivation tenait à de petites choses: une paire de running neuves, un leggings bien flashy égayer un cours de yoga, ou porte iPhone pour écouter une playlist douteuse en pédalant. Avant de commencer toute activité sportive, regardez l’équipement nécessaire: une paire de baskets bas de gamme est l’assurance de s’abimer les articulations, pareil pour un tapis de yoga trop fin. Faites vous un joli cadeau qui marquera un nouveau tournant dans votre nouvelle vie de sportif/ve.

 

7ab80aafae7e817362a354413211aad3

Et pensez à partager vos progrès en m’envoyant vos tweets et photos sur Twitter ou Facebook ou Instagram !

Anouchka

Reprendre le sport, oui mais comment?

Avril, les beaux jours arrivent, et repartent. Tout comme les nouveaux inscrits dans ma salle de sport, prêts à faire un entrainement intensif de 3 mois, qu’ils arrêteront surement en octobre après les bonnes résolutions de la rentrée. Arrivera la seconde vague, celle d’après Noël et des résolutions du nouvel an.

megot

Erreur.

Faire du sport, ok. J’ai remarqué que depuis que je me suis remise à faire régulièrement du sport, je n’imagine plus revenir en arrière. Mais avant de se remettre au sport, et pour éviter un échec il est bon de suivre quelques règles pour éviter de finir au café en face de salle, le sac à la main.

Pourquoi faire du sport?

Outre l’aspect silhouette, qui est propre à chacun, faire fonctionner son coeur, éliminer les toxines, se dépasser, prendre un moment pour soi, se raffermir, développer ses muscles, sont les éléments les plus importants à prendre en compte.

Evidemment, avoir un corps ferme et tonique devient un élément de motivation quand on remarque le changement au fur et à mesure des mois.

Quel type de sport? 

Expérience personnelle: avant qu’une amie m’emmène à un cours de gym suédoise, je n’avais pas fait de sport depuis quelques années. Mais revenir vers une gym douce, décomplexée, vivante, sans compétition a été un véritable révélateur. J’ai pris un abonnement assez rapidement, et arpenté toutes les salles de Paris…

J’entends souvent: je vais m’inscrire dans une salle (j’ai peur), ou, je vais reprendre des cours de danse (l’année prochaine), je vais aller faire du footing tous les dimanches (quand j’arrêterais de sortir le samedi)… A moins d’avoir une volonté de fer, il est pratiquement impossible de se remotiver seul après une période sans pratique régulière.

Les ami(e)s 

Suivre un(e) ami(e) pour redécouvrir le sport, oui. Allez au sport uniquement si on est accompagné, non.

Il faut apprendre à prendre ce moment de la journée, selon ses impératifs, pour soi. Eteindre le téléphone, et se concentrer une heure dans l’effort. Je fais partie des gens qui ne rencontrent personne au club. Je viens seule, je calme mes nerfs, et je me défoule dans mon coin. Mais beaucoup de personnes font des rencontres, et se donnent des conseils, pourquoi pas, mais «les autres» peuvent être une motivation supplémentaire pas une motivation principale.

Vous avez déjà essayé d’organiser une séance de sport à plusieurs?

apero

C’est drôle, beaucoup de conflits d’agendas, par contre beaucoup moins pour une bière en terrasse.

Les salles de sport 

Etant une grande adepte des salles de sports, je peux donner un avis objectif. Je me suis inscrite il y a 2 ans dans un club. Je ne pensais pas que cela me conviendrait, mais j’ai tenté l’expérience, seule dès le départ.

fitness wonka

Et finalement, ce n’était pas si intimidant. J’ai commencé par des cours collectifs, pendant environ 8 mois, moins compliqué que la musculation et les machines… J’ai fait de la zumba, du pilates, du body balance, body pump, body tout plein de choses.

Les cours d’aqua gym sont aussi excellents pour apprendre à fournir un effort soutenu de manière ludique.

L’aspect collectif, et les horaires imposées encouragent beaucoup les nouveaux inscrits à venir régulièrement, et les moniteurs peuvent aussi corriger les mauvais mouvements.

Je venais 5 fois par semaine environ, sur un tas d’activités. Et j’ai eu besoin ensuite de faire plus de musculation, et de cardio. J’étais plus à la recherche d’une coupure en fin de journée, au calme après le travail.

  • Les + 
    • Disponibilité
    • Horaires
    • Diversité des machines
    • Diversité des cours collectifs
  • Les – 
    •  Les activités comme le yoga et la relaxation sont pratiquement impossibles: trop de bruits autour des salles
    • A moins d’avoir le premier cours de danse de l’année, les cours sont difficiles à suivre

Je fais donc des machines, celles qui me faisaient si peur au début. Il est toujours possible de faire un tour et d’avoir des explications d’un coach pour tout découvrir. J’aime le dépassement de soi, augmenter la puissance des appareils, transpirer, et développer ma musculature aujourd’hui. Par contre, je reviens souvent pour des cours collectifs de streching.

Et étrangement je ne ressent pas l’esprit souvent décrit le : «tout le monde se regarde». Je m’excuse pour les gens que je fixe au club: je suis myope, j’ai le regard vide, je regarde loin devant moi, souvent en face… »

Il existe aussi des nouvelles façons de faire de la musculation, de manière collective, avec le Cross Fit. Plus d’infos ici.

Et après?

Au bout de 2 ans, mon corps à changé, ma résistance à l’effort, ma manière de manger et de me dépenser: après un repas copieux et arrosé, j’ai désormais l’habitude de me dépenser le lendemain.

En bref, faites du sport pour vous, ne soyez pas timides, dépensez vous, et pensez aux cours collectifs pour revenir vers une pratique régulière. Rappelez vous que faire du sport uniquement pour affronter l’épreuve du maillot (…) 2 mois à l’avance est inutile et démotivant, pensez santé et détente plutôt!